badge super parent
badge super parent

Apprentissage de la lecture et de l’écriture en Montessori

Nous avons découvert que l’éducation n’est pas quelque chose que le maître fait, mais qu’elle est un processus naturel qui se développe spontanément dans l’être humain. – Maria Montessori

Comment les enfants apprennent-ils à lire ?

Pendant près d’un siècle, les chercheurs ont débattu de cette question.

La plupart des désaccords ont porté sur les toutes premières étapes du processus de lecture, lorsque les jeunes enfants commencent à comprendre comment déchiffrer les mots sur une page.

Quoi qu’il en soit, aujourd’hui de plus en plus d’enfants souffrent de difficultés à lire ou à écrire à cause d’un mauvais apprentissage initial. 

Non pas par leur faute, mais à cause d’une méthode inadaptée.

Est-ce possible de s’inspirer des principes de Montessori pour aider des enfants en difficulté avec la lecture et l’écriture ?

Dans cet article, nous allons aborder un thème très intéressant : l’apprentissage du langage.

Il s’agit sans aucun doute d’un indispensable.

En effet, les résultats en termes d’apprentissage de la lecture et de l’écriture sont très bons en Montessori et les enfants réussissent à apprendre à lire et à écrire correctement, même à un âge assez jeune. [source 1]

Source 1 📚

Angeline Stoll Lillard, « Montessori, une révolution pédagogique soutenue par la science », Desclée de Brouwer, édité en 2018, 780p

Nous allons donc voir s’il est possible de s’inspirer de certains éléments de cette méthode d’alphabétisation efficace pour travailler avec des enfants qui ont très souvent de grandes lacunes dans les domaines de l’écriture et de la lecture.

Dans les écoles Montessori, l’apprentissage de l’écriture et de la lecture se fait à l’école maternelle, pour la plupart des enfants. Cet apprentissage est réalisé d’une manière assez particulière puisqu’il commence par un phénomène que Montessori a nommé « l’écriture spontanée ». [source 2]

Source 2 📚

Maria Montessori, « Pédagogie Scientifique Tome 1 : La découverte de l’enfant », Desclée de Brouwer, 2018, chapitre « Méthode pour l’enseignement de la lecture et de l’écriture », p. 187-216.

L’écriture spontanée est la première phase de l’apprentissage du langage.

Elle est préparée pendant plusieurs mois au travers de différents exercices. Dans un de ses ouvrage Maria Montessori évoque trois exercices [source 3], mais il est possible que d’autres activités soient utilisées en complément.

Source 3 📚

Maria Montessori, « L’enfant », Desclée de Brouwer, 2018, chapitre « L’apprentissage de l’écriture et de la lecture », p. 179-184.

Ces trois exercices sont :

  • Les lettres rugueuses, abordée dans cet article sur les jeux Montessori / le matériel Montessori, pour apprendre la forme des lettres ainsi que les sons correspondants.
  • L’alphabète mobile, lui aussi déjà évoqué, pour permettre aux enfants de travailler sur la combinaison de lettre en syllabes puis en mots.
  • Et enfin l’exercice de calligraphie, généralement réalisés en dessinant et coloriant des formes géométriques, pour apprendre à se servir correctement d’un crayon.

Grâce à ces exercices, les compétences indispensables à l’écriture sont travaillées de manière simultanée et ludique. En quelques mois, la plupart des enfants sont capables de réaliser ces exercices correctement, ils sont donc prêts pour l’écriture.

Le phénomène incroyable de l’écriture spontanée

Le phénomène que Maria Montessori décrit ensuite dans ses livres est assez extraordinaire. Elle l’a appelé l’écriture spontanée pour une simple raison, ses élèves qui savaient faire les trois exercices évoqués précédemment mais qui n’avaient jamais écrit de leur vie se sont presque tous mis à écrire très correctement pour leur âge en l’espace de quelques jours.

Maria Montessori décrit alors des enfants qui sont possédés par une envie irrépressible d’écrire de partout. Elle raconte qu’ils ont couvert la classe de mots écrits à la craie, des murs au plancher.

Sur un ton plus anecdotique elle raconte même que des parents d’élève lui ont raconté que leurs enfants écrivaient de partout à la maison, même sur leur pain, avant de le manger. [source 4]

Source 4 📚

Maria Montessori, « L’enfant », Desclée de Brouwer, 2018, p. 180.

La première étape de l’apprentissage du langage selon la méthode Montessori est donc cette écriture spontanée qui est préparée soigneusement à l’aide d’exercices travaillant sur les compétences nécessaires à l’écriture.

La seconde étape qui vient juste après l’apprentissage de l’écriture est l’entrainement à la lecture. Cet entrainement doit toujours être progressif et commencer par des mots très simples.

Un exercice fréquemment employé pour ce type d’exercice est de donner un papier à chaque enfant qui le souhaite avec le nom d’un objet présent dans la pièce, l’enfant va donc devoir déchiffrer le mot écrit pour comprendre de quel objet il s’agit puis aller le chercher.

L’intérêt d’un tel exercice est qu’il permet à l’enfant de comprendre clairement que l’écriture est un code qui fait référence à des choses concrètes.

Une fois que les enfants maitrisent la lecture de mots et qu’ils réclament des exercices plus compliqués, c’est qu’il est temps de passer à la suite.

L’enseignant peut alors donner à chaque enfant qui le désire une phrase écrite sur une morceau de papier. Cette phrase devra être une série d’actions réalisables par l’enfant, comme : « Va ouvrir une fenêtre, fais le tour d’une chaise et reviens me voir avec un crayon rouge ». [source 5]

Source 5 📚

Maria Montessori, « Pédagogie Scientifique Tome 1 : La découverte de l’enfant », Desclée de Brouwer, 2018, p. 224-225.

  1. L’enfant doit alors prendre son temps pour analyser et comprendre la phrase.
  2. Il devra ensuite se redire plusieurs fois les consignes qu’il doit réaliser dans l’ordre.
  3. Et enfin, il pourra poser le papier et aller réaliser les actions écrites sur le morceau de papier qu’on lui a donné.

Cet exercice est très intéressant pour la même raison que l’exercice précédent, c’est-à-dire qu’il permet d’associer la lecture à des actions concrètes. Mais il permet aussi d’entrainer la mémoire de travail des enfants en leur faisant retenir une série de consignes dans un ordre précis.

Une fois que les enfants sont capables de lire et comprendre précisément des phrases complexes, il peut être temps de leur présenter des livres pour qu’ils puissent véritablement accéder à la lecture.

Cependant, Maria Montessori met en garde les enseignants en disant que les enfants peuvent très bien ne pas être immédiatement prêts à lire des livres [source 6].

Source 6 📚

Maria Montessori, « Pédagogie Scientifique Tome 1 : La découverte de l’enfant », Desclée de Brouwer, 2018, p. 223.

Il est possible de leur en présenter pour essayer, mais s’ils ne comprennent pas le sens de ce qu’ils lisent alors il est préférable de leur enlever ces livres.

La lecture est l’acte d’extraire du sens depuis un texte, alors si des enfants ne sont pas encore capables de comprendre le sens d’un livre, alors c’est qu’ils ne sont pas encore prêts à lire.

Les laisser « lire » mécaniquement ce qu’ils voient dans un livre, sans rien comprendre, n’est pas seulement inutile, c’est contreproductif et nocif pour les apprentissages.

On notera donc l’importance que Maria Montessori accorde au rythme de l’enfant.

Selon elle, s’il n’est pas encore prêt pour réaliser correctement un exercice alors il ne faut surtout pas s’acharner.

Il est préférable de laisser quelques semaines ou quelques mois, puis de réessayer.

Quelles leçons tirer des méthodes Montessori pour aider les enfants qui ont des difficultés scolaires ?

Maintenant que nous avons présentés le fonctionnement de la méthode d’apprentissage de l’écriture et de la lecture en Montessori, nous pouvons nous intéresser aux leçons qu’il y a à tirer pour les enfants qui ont des difficultés scolaires.

Si au premier abord, on peut croire que les méthodes d’alphabétisation ne sont pas très importantes pour des enfants qui ont déjà des difficultés scolaires et qui ont passé la phase des premiers apprentissages, il apparaît pourtant que dans de très nombreux cas, leurs difficultés sont liées à la lecture et à l’écriture.

Il semble donc prioritaire d’aider ces enfants à maitriser la lecture et l’écriture, si on veut leur permettre de dépasser leurs difficultés scolaires. Ainsi, les méthodes de Montessori qui sont réputées pour leur efficacité peuvent se révéler être de bonnes sources d’inspiration.

L’approche multisensorielle

Le premier élément de la méthode d’apprentissage du langage de Montessori qui peut être pertinent pour aider les enfants en difficulté scolaire est l’approche multisensorielle.

Notamment avec l’utilisation de matériel comme les lettres rugueuses. Ce fort intérêt que peuvent avoir les lettres rugueuses pour l’apprentissage de la correspondance entre les sons et les lettres écrites fait écho à une problématique qui est notamment soulevée par Marc-Olivier Sephiha, formateur en pédagogie pour la Fondation pour l’École et professeur de français dans un collège en zone prévention violence.

Lors d’une conférence donnée pour SOS Education [source 7], Marc-Olivier Sephiha fait un constat alarmant, sur ses quatre classes, 95% de ses élèves font des erreurs de son.

C’est-à-dire qu’ils ne connaissent pas bien tous les phonèmes [source 8] du français et les graphèmes [source 9] qui correspondent.

Ce manque de connaissance des correspondances dites grapho-phonémiques cause de très lourdes difficultés en orthographe, mais aussi en compréhension lors de la lecture.

Source 7 📚

Marc-Olivier Sephiha, « Nos collégiens sont-ils tous dysorthographiques », Colloque de SOS Education : « Vaincre l’illettrisme, ça commence au CP », partie 6/8.

Source 8 📚

Selon le dictionnaire Le Robert, un phonème est un élément sonore du langage parlé, considéré comme une unité distinctive.

Source 9 📚

Selon le dictionnaire Le Robert, un graphème est une lettre ou un groupe de lettres transcrivant un phonème.

Ainsi, il pourrait être pertinent d’utiliser certains éléments de la méthode Montessori, notamment les lettres rugueuses de par leur aspect multisensoriel, pour proposer des exercices de réapprentissage de ces correspondances grapho-phonémiques.

Chez Sequoia Education, nous essayons notamment de nous inspirer de ce principe lors de la création de nos exercices ludiques afin de les rendre les plus efficaces et bénéfiques possible pour les enfants.

Un autre élément intéressant dans la méthode d’alphabétisation utilisée dans les écoles Montessori est le fait de ne pas laisser des enfants lire « mécaniquement », c’est-à-dire, lire à voix haute sans comprendre le sens de ce qu’ils prononcent.

Même si cela n’est pas forcément intuitif, les enfants ne vont pas finir par bien comprendre ce qu’ils lisent à force de lire sans comprendre. Bien au contraire, cela risque justement d’empirer leurs difficultés [source 10]. 

Source 10 📚

Elisabeth Nuyts, « Dyslexie, Dyscalculie, Dysorthographie, Troubles de la mémoire – Prévention et remèdes », autoédité, 2011, 288p.

Il s’agit d’une question qui nous paraît très important chez Sequoia Education et nous recommandons à tous les parents d’être vigilants par rapport à ce point.

Si des enfants ne comprennent pas bien ce qu’ils lisent, alors il vaut mieux le donner à lire des textes plus simples, jusqu’à ce qu’ils les comprennent.

Un troisième élément intéressant peut être noté pour aider les enfants qui ont des difficultés avec la lecture et l’écriture, et notamment ceux qui sont confronté au problème décrit dans le paragraphe précédent : la lecture mécanique.

Tout comme Maria Montessori faisait lire à ses élèves des mots correspondant à des objets à aller chercher puis des phrases indiquant des séries d’actions à réaliser par les enfants, les parents peuvent aisément imaginer des activités de ce type avec leur enfant.

Chez Sequoia Education, nous avons d’ailleurs adapté ce principe à un exercice de lecture qui sera disponible dans notre formation dédiée à la lecture.

Pour conclure cet article, nous pouvons, sans trop de difficulté, affirmer que la méthode d’apprentissage de l’écriture de Maria Montessori est très intéressante et qu’il est possible d’en tirer certaines leçons lorsque l’on travaille avec des enfants en difficulté scolaire.

Pour en savoir plus, vous pouvez vous pencher sur des livres de la célèbre pédagogue et physicienne italienne en commençant par consulter notre bibliographie.

Une méthode et des jeux pour un apprentissage épanouissant

Une nouvelle dynamique familiale, confiance en lui / elle, redécouverte de son intégrité, son authenticité, sa joie, son envie d’apprendre, sa curiosité…

Nous proposons un aperçu de la méthode SequoiaEducation. Profitez-en !