Chapitre 3 - Bâtissez une motivation pérenne et saine chez l'enfant

Comment redonner l’amour de l’apprentissage à un enfant en difficulté ?

Cliquez ici pour télécharger la fiche récapitulative

Fiche récapitulative

On ne peut pas parler de motivation et de pédagogie sans aborder l’importance de l’aspect ludique des apprentissages. C’est un aspect qui peut être source de motivation, et qui n’est donc pas à négliger, surtout pour les enfants et les jeunes qui sont en difficulté scolaire.

C’est la raison pour laquelle chez Sequoia Education, nous pensons qu’il est très important de faire en sorte que le temps passé à travailler soit associé à un bon moment.

Pour cela, les exercices proposés doivent-être ludiques et stimulants, et le parent qui fait travailler l’enfant doit avoir un état d’esprit joyeux et intéressé par le contenu qui est abordé. L’enfant le ressentira et il s’imprègnera de cet état d’esprit.

Commencez vos séances de travail par un petit jeu.

Notamment les jeux qu’on vous donne dans la formation. Mais aussi certains autres exercices que l’on vous propose gratuitement, comme l’exercice des rythmes ou celui des bouchons. Contrairement à une idée reçue :

L’échauffement est du temps de gagné

Identifiez les centres d’intérêts des enfants et essayez de faire des liens entre ces intérêts et les apprentissages.

Bien entendu, cette astuce est parfois complexe à mettre en place, mais elle peut mettre l’enfant ou le jeune de bonne humeur puisqu’il travaille en parlant de choses qu’il aime. 
Si un enfant ou un jeune en difficulté scolaire est de bonne humeur après une séance de travail alors c’est déjà un très grand progrès !

Faites des pauses quand vous sentez que votre enfant se déconcentre trop ou se démotive.

Profitez-en pour faire un petit jeu, vous détendre quelques minutes et penser à autre chose.

Cela ramènera l’enfant ou le jeune dans son corps tout en lui permettant de reprendre le travail de manière plus détendu et de meilleure humeur juste après.

Pour les parents dont les enfants ont un gros blocage par rapport à l’école et au travail scolaire : évitez la confrontation.

S’ils se mettent dans un tel état, ce n’est probablement pas pour vous embêter, mais plutôt parce qu’ils ont un réel blocage et qu’ils ne contrôlent pas ou mal leurs émotions quand on aborde de tels sujets.

La solution : plus il y a de blocages, plus il faut jouer ! Illustré très schématiquement ⬇️

Vous pouvez, par exemple, alterner jeux et travail scolaire dans une séance, afin que votre enfant reste toujours dans une dynamique de jeu et qu’il n’ait pas l’impression de travailler.

Choisissez judicieusement les mots que vous utilisez.

Préférez parler de « jeux », de « petite activité », etc et évitez autant que possible les termes « travail », « école », « devoir » etc.

Une question ? Une remarque ?

9 + 6 =